Photo de l'installation villes Imaginaires, crédit : Thomas Portier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo de l'installation villes Imaginaires, crédit : Thomas Portier.

 

 

 

NO/SE, Photographies numériques 60*182 cm, 2015.

Les quatre photographies qui composent les deux diptyques NO/SE et N/S ont été réalisées depuis un seul et même point à Rennes et à Chenonville . On voit donc apparaitre la limite du construit et plus généralement de la ville. Cet espace ambivalent met en lumière le developpement urbain et l’avancée perpetuelle de cette ligne qui sépare la ville et ses alentours.