Vit et travaille à Rennes, membre du Vivarium, Atelier artistique mutualisé et de La Plage production.
Travaille en collaboration avec Manon Riet.

Thomas saurait nous perdre dans « l’habitat » et nous confronter aux vestiges du voisinage hétérogène,
voire antinomique, entre une frontière et une limite. Sa recherche exploiterait des terrains nouveaux :
sur une prairie de référence que Thomas érigerait en une forme mystérieuse. Entre attrait pour les légendes
et culture du mythe, *********** s’appuierait malgré tout sur l’environnement quotidien,
sur ce que l’on nomme «local» et qui partout, abrite tout un répertoire de geste vernaculaires.
Quels qu’ils soient, ces comportements habités et incarnés mériteraient pour lui d’être transportés,
importés, jusqu’aux endroits laissés vide par l’urbanité spirituelle. De là, peut-être, sa proposition
apporterait ce que tout dépaysement produit : de l’adaptation. Quant aux êtres, ceux qui visitent,
nous spectateurs, et touristes de notre curiosité, Thomas se ferait accueillant ; présentant rien de
moins qu’une invitation à rester, épris que nous serions par le confort pourtant étrange d’un déjà-vu,
un « chez nous » symbolique. Alexandre Barré, 2018, Extrait du catalogue de l’exposition /misisipiz /



Actuellement

Exposition Rien ne peut donner meilleur goût à l'eau avec Manon Riet et Blandine Brière,
du 11 octobre au 13 décembre 2020, MAT Ancenis et Montrelais.

Exposition Contrə productif avec Morgan Azaroff, Alexandre Barré, Damien Dion, Laure Matthieu,
Manon Riet, Stéphanie Raimondi et Marine Semeria,
sur une invitation d'Alexandre Barré, du 16 au 19 octobre 2020, in.plano, Île St-Denis.